Connexion

Dans la nuit du 5 au 6 décembre, pendant que certains dormaient paisiblement, d'autres jouaient dans la boue et les montées entre Saint Etienne et Lyon! Et oui, le CIA était présent en force lors de la 56 ème édition de cette course mythique entre Sainté et Lyon et les perfs étaient au rendez vous!

 

1 équipe de 4; 2 équipes de 2 et un solo; que du beau monde comme vous pouvez le voir sur cette photo!

CIA_au_depart_Sainte

De gauche à droite: Chloé, Emilie, Cyril, Medhi, Raphael, Clément, Romaric, Thomas et en bas: Cédric

 

Si vous voulez pleins de détails sur cette formidable aventure, vous avez le choix entre 2 points de vue: le viceprez qui est devenu un maître dans l'art de réconter ses courses:  http://www.kikourou.net/recits/recit-9382-saintelyon_-_relais_a_deux-2009-par-marmotte_parano.html et le trésorier pour qui c'est une première à la suite de cet article!

Après une 1ère participation qui nous avez vraiment plut mais qui nous avez un peu déçu sur le plan du classement final, les Insallumés remettent ça sur la Saintélyon ! L’équipe est cette fois ci composée dans l’ordre de passage de moi-même, de Chloé, de Romaric et de Clément.

 

Cette soirée a commencé par une pasta party d’équipe (le problème de transport a empêché un repas de club). Thomas, un nouveau au CIA qui fait la course en solo nous rejoint pour partager ce repas. Nous embarquons la panse bien remplie vers 20h45 dans ce fabuleux carrosse qu’est la Xsara Picasso ! Et nous nous rendons à Sainté pour récupérer nos dossards. En arrivant dans la ville, bruinasse… On commence à prier que la météo ait raison et que ce grain-grain soit là juste pour nous souhaiter la bienvenue ! A 22h, ça y est, on a tous les dossards, la puce est active et on a retrouvé le reste du club. Tout le monde cherche à se reposer avant le départ. Le gymnase est bondé (un peu plus de 10 000 inscrits cette année) et le speaker est (pour rester poli) vraiment saoulant… Après un petit tour par le stand de Nike qui ne distribuait pas des porte-clefs pour les étudiants mais des T-shirts synthétiques ;  Chloé et Clément partent se mettre en place en voiture à St Christo. La pluie c’est arrêté ; ouf ! On reste avec le reste du club dans la salle de ravito qui est décidément beaucoup plus calme que le gymnase ! Les pronostiques commencent à pleuvoir. Je me fais (gentiment) allumer puisque les 2 premiers relayeurs des relais de 2 : Cyril et Mehdi ont un niveau bien supérieur au mien et espèrent arriver à St Christo avant moi… Mon objectif optimiste est de finir mes 16km en 1h15 et surtout de finir avant les autres CIA (qui eux ont 12km de plus que moi à faire).

malade Cyril

 Notre malade...Medhi et notre grand clown de vice prez

 

00h00, on assiste au départ des solos. Quelques 5000 timbrés qui partent affronter la nuit ! Thomas en fait parti. La file est impressionnante et il faut presque 10 minutes pour voir passer le dernier. Encore un brin d’attente dans le gymnase qui s’est bien vidé ; j’enfile une chevillière pour minimiser les risques d’une rechute sur ma cheville faiblarde et on part s’échauffer. Le temps est plutôt clément : entre 5 et 10°, pas de pluie. Mehdi n’arrête pas de tousser ; on espère qu’il arrivera à trouver un bon rythme malgré ça. Sur les conseils de Cyril, on se place dans les 1ers et c’est la bonne stratégie ((presque) toujours écouter les conseils du vice prez, c’est noté :p)! Compte à rebours et c’est parti !

 

Le départ est moins rapide que ce que je pensais et j’arrive tout de suite à trouver mon rythme. Dès les premiers mètres, je passe Medhi et je reste au niveau de Cyril. Je lui dis que je craignais que ça parte plus vite mais aucune réaction de sa part ! Je me dis qu’il veut rester concentré sur sa course donc je le laisse et je me décale sur la droite pour augmenter un peu mon rythme (à l’arrivée, il m’avouera qu’il ne savait pas que c’était moi qui parlait…).

 

Les 6 premiers kilomètres sont très roulants. C’est marrant de courir sur des portions de départementales et d’être prioritaires sur les voitures lors des croisements (merci aux orgas qui se sont geler pendant cette nuit pour nous permettre un passage sans encombre). C’est de la route pure et les chaussures de trails claquent dans la nuit silencieuse; c’est une ambiance particulière ! Au 7ème kilomètre, les choses sérieuses commencent, la route s’élève rapidement ; ça y est les jambes tirent ! On commence déjà à revenir sur les derniers randonneurs. A partir du 9ème kilomètre, c’est la boue qui fait son apparition. Au feeling, je passe de course à marche rapide dans les montées. Les chemins sont irréguliers, le rythme est saccadé. Surtout ne pas prendre de risque avec cette cheville en carton. Une petite descente et on remonte ! Et là, au milieu de la pente, « Salut Trèz ! En forme ? ». Le bougre de Cyril m’avait repris. Je tente de m’accrocher quelques mètres mais je sens que si je ne garde pas mon rythme je vais exploser. Je lui fais savoir et je le vois tranquillement s’éloigner ! C’est fou comme on a l’impression que le rythme des personnes qui nous doublent semble être à peine supérieur au notre et pourtant pas moyen de rester dans leurs pas. Encore quelques kilomètres. Je regarde ma montre et je me dis que je m’approche du finish. Je me rappelle de la topologie du parcours, une montée puis une descente et on arrive ! Je me motive donc à relancer et une fois arrivé au sommet, je mets un petit temps à comprendre que le serpentin de lumière qui s’étend devant moi est bien la prochaine difficulté !  J’en avais oublié une et celle là c’est surement la pire ! Une bonne pente, de la gadoue partout. Je prends le temps de me retourner pour admirer la farandole lumineuse qui me suis. Que c’est beau ! Au sommet, une brève vue sur Lyon et on redescend sur St Chrito. Je sais que mon relai arrive à sa fin, je relance et me remet à doubler des coureurs. Une dernière montée dont je me rappelais de l’année précédente et c’est le sprint le long du stade. Je passe ma ligne d’arrivée et trouve rapidement Chloé (grosse amélioration par rapport à l’année passée ;)). Je lui passe le relais (le pouet-pouet, la couverture de survie et quelques encouragements) et c’est parti pour elle ! Au final, j’ai mis 1h25 et je suis 13ème des équipes mixtes et 72ème au général. Je fini à 2 minutes de Cyril et 3 minutes devant Mehdi mais j’ai tout donné. Aucun regret ! En tout cas heureusement que Medhi était malade parce que je l’aurai pas tenu ! Il va vraiment falloir que je me mette aux entraînements techniques pour progresser dans ma vitesse de course.

 

Pas même pris le temps de m’arrêter au ravito de toute façon, le coffre de la Picasso était bien garni et je me suis pas trimballer mon gobelet durant tout le parcours (dommage que cette année il n’est pas fourni l’accroche). Après quelques étirements, hop en voiture avec un petit nouveau : un gars de relais 3 qui a très mal pris les renseignements sur les navettes et qui j’espère à réussi à retrouvé ses collègues… Un manque d’orientation m’envoie directement sur St Catherine et son bouchon mais au final on rejoint bien Soucieu. Pendant le trajet, on reçoit un appel de Chloé : « j’ai fini ! ». Bon alors, je ne peux m’empêcher de donner quelques détails. Chloé qui nous a dit qu’elle était une limace a bouclé son relai en 1h10 (et m’a fait mentir sur ma prévision qu’elle jugeait trop optimiste…1h20). Il faudra qu’elle nous explique sa technique de descente parce qu’après s’être fait remonter par 50 relais de 4 dans la partie montée de son relais elle en a quand même déposé 84 pour être précis dans la descente… Elle manque pour seulement 20s de rattraper notre leader à tous: Cyril ! Elle passe donc le relais à Romaric dans des conditions idéales : 3ème équipe mixte et 41ème au général.

 

Romaric assure un très beau relais en rejoignant Soucieu en 1h25 sur un terrain ultra boueux et en chaussure de route ! Du coup c’est principalement le froid et les descentes interminables qui l’ont marqué. Il passe sa puce à Clément en 4ème position mixte et 35ème au général.

 

On rejoint donc tranquillement les 1ers relayeurs à Gerland et on attend devant notre assiette de pates l’arrivée de notre finisseur. L’objectif était d’arriver avant 7h et à 6h50 on se demande si Clément va finir ses 24 bornes en moins de 2h. Cyril ne manque pas de nous mettre la pression en nous annonçant que de toute façon c’est surement Emilie ou Raphael qu’on verra débouler en 1er. Et pourtant, à 7h moins 5 ; une balle fend la ligne droite précédant la ligne et s’effondre dans un râle ! 1h54 de course ! Vu que ça 1ère réaction a été « plus jamais ça » on comprend facilement que la remonté des quais a été longue !

 

cyril arrivecreveschloe

Des états de fatigue différents :D après l'arrivée!

 

Au final, un temps de 5h55min26s, une 3ème place en mixte sur 200 équipes et 33ème au scratch sur 500…Enorme ! On a également assisté au final des 2 autres équipes du club. Le Couple d’Inséparable Amoureux (je vous laisse le suspense quand à leurs identités) fini à une magnifique 10ème place mixte (53ème au général en 6h35min08s) tandis que les raideurs de l’INSA finissent quelques minutes plus tôt 37ème équipe homme (44ème au général en 6h26min02). A noté aussi, la belle perf du solo qui est venu à bout des 69km en 8h36min24 (701ème sénior homme et 1474ème du général). Un grand bravo à tous ! Je garde personnellement plein d’excellents moments et de très beaux souvenirs de cette course. La cheville est miraculeusement restée silencieuse. Certains l’appellent la dernière de la saison ; pour moi c’est celle qui la lance !

 

A bientôt pour de nouvelles aventures où j'espère que de nombreux nouveaux viendront user leurs baskets!

 

Cédric

 

Ps : Si vous lisez ce message pour vous inscrire en 2010 ; ne trainez pas surtout pour le relais de 4 : le 1er octobre, il n’y avait plus de place…