Connexion

Voilà plusieurs années que l’INSA s’aligne sur le Prologue du Raid INP, passage obligé pour atteindre le St Graal: le droit de se rouler dans la boue, de se griffer les genoux et de forcer dré dans le pentu pendant 2 jours sur un parcours concocté par les bénévoles de l’INP Grenoble.

Cette année, 43 équipes se présentaient au départ, dont la Chenille Insalienne Azimutée composée d'Albane L., Cédric L., Nicolas V., Sylvain L. et Yoann J. Quelques heures plus tard, les 16 premières étudiantes et les 14 premières actives obtiendront leur ticket pour la suite des événements.

Soit par choix soit parce que les dates du Raid coïncident avec d’autres épreuves nationales, de nombreux grands noms ne peuvent s’aligner cette année (Chauds Patates, Orienteurs, Raideurs du Matin...).

Le parcours est conservé: du parc Karl Marx jusqu’à Saint-Nizier-du-Moucherotte mais une CO remplace la 1ère boucle de trail.

 

Après la prestation remarquée du « Ballet de RAIDjavik », nous nous élançons à 10h30, psychologiquement prêts pour 4h d’effort. Les 1er km VTT se font sur goudron mais la pente avoisine les 14%. Sylvain est détendu, les 4 autres maintenons un rythme soutenu mais pas asphyxiant. Transition avec la CO: 25min pour 15 balises. Nous en attrapons 13 et bouclons le tour en 25min10sec (nous en frôlons deux de très près...). Quelques pénalités mais surtout des leçons: une orientation bien maitrisée mais des postes non identifiés. Il faut plus aider le « lièvre » qui court après les balises en lui donnant les définitions par exemple. Bref, la rancœur est avalée et c’est reparti pour le gros de la montée VTT.

L’équipe 39, partie 3 minutes après nous, nous dépasse avec un sacré rythme ! Nous rattrapons d’autres équipes dans la montée. L’ambiance est calme et le rythme très correct. Hop, transition trail: 5,5 km à avaler, les mollets sont raides mais aucun incident à déplorer. Les Dahus nous dépassent déposent. Cédric reçoit l’aide de Nico dans la dernière partie ascendante.

Nous repartons en vélo, conscients qu’une dernière difficulté nous attend le long d’un champ avant d’entamer la descente. Un petit bouchon me contraint à caresser la neige (seul névé du parcours). Nous atteignons le sommet en 2h45 (temps de référence pour le prologue complet...) et entamons la descente. Celle-ci est engagée sans être très technique. L’équipe s’en sort parfaitement, nous dépassons des équipes (la 6 !?) et rattrapons les 39. Sans erreur d’itinéraire nous joignons l’arrivée en 3h31.

 

Les favoris actifs répondent présents et s’adjugent le Prologue (Dahus et Speedraiders), l’INSA complète le podium et remporte cette épreuve en étudiant. Désormais tout reste à faire et au vu des écarts minimes, la bataille s’annonce rude !

Les résultats

 

Je débute ma 3ème saison en tant que « raideuse » et je vous transmets mon analyse sur les conditions à réunir afin de constituer une team qui fonctionne.

Comment construire une team de Raid ?

Prenons le modèle du Raid INP (5 équipiers dont 1 fille, sur les formats restreints il suffit de combiner les profils).

Un Orienteur

La boussole du groupe, le gars qui même oxy trouve la lucidité pour te dire où aller et surtout comment bien y aller. Il prend la carte mais rarement le doigt, il envoie ses lièvres pour cela. C’est celui qui t’assène des « une fois que tu es engagé dans une décision faut y aller, même si elle n’est pas optimale ». Méfie-toi quand même des « c’est vert sur la carte mais ça passe ». Le pire c’est quand il calcule, là tu comprends les rouages de son esprit « on prend toutes les balises sauf 1 et on accepte de finir 2min32sec hors délai ; on sera pénalisé de 8min12 mais c’est mieux que d’en laisser 3 »... Hein ?

Un Facile (aussi appelé Tracteur)

Lui, rien ne l’atteint, ni la pente, ni la météo, ni les km, rien. Il porte un sac plus lourd que tout le monde afin de transporter des choses qu’il n’utilisera pas (Sylvain a fait tout le prologue en chaussures de trail mais avec celles de vélo dans le sac...). Il est toujours serein et pallie aux faiblesses en tractant sur des kilomètres. Il va te commenter la flore, la faune, engager la discussion avec les passants. Bref, il te fait oublier que tu en baves ! Et c’est le fournisseur de blagues de l’équipe.

Un Lièvre

« Le seul vrai sport c’est la course ». Il assure en VTT mais ce qu’il préfère c’est gambader, en CO il va attraper toutes les balises à VMA. Son souffle est régulier, sa foulée légère même après 3h de trail. Il a mis au point sa propre technologie de tire minette trail qu’il propose alors que tu es encore en train de te ravitailler à la transition. Il aspire à devenir un chamois et te dit que l’UTMB n’est qu’une question de préparation. Mais bien sûr, cause cours toujours.

Un Papa/Maman

Lui, ce qu’il veut c’est ton bien être. C’est un polyvalent qui témoigne d’un soutien sans faille. La pente est raide, il pousse son vélo d’une main et toi de l’autre. Il est attentif aux autres, de bons conseils, « allez on relâche les jambes dans la descente », à tout instant, « on pense à boire, attention aux crampes sinon ». C’est un indispensable qui garde sa lucidité et assume ses responsabilités quand un équipier faiblit. C’est le représentant de l’Esprit Raid par excellence. Faut juste le briefer un peu pour éviter qu’il porte assistance aux concurrents à la moindre occasion « non je t’assure, t’es pas obligé de lui laisser tes pâtes/lui gonfler son pneu/lui prêter ton duvet ».

Une Fille

Plus connue sous le nom de « la fille ». Elle sert les dents, elle râle de temps en temps (souvent contre le matériel), elle refuse la laisse jusqu’à ce qu’on lui impose. Elle aime être sale et crotteuse mais ne l’admettra pas. Elle va faire des réflexions féminines de temps en temps « les maillots ont une couleur horrible » mais parfois aussi pleine de testostérone « putain les gars on se sort les doigts ! ». Elle admire la patience de ses coéquipiers, elle trouve les repas trop gras mais s’en satisfait (ratio calories consommées/ingurgitées acceptable). Son objectif c’est de suivre, tenir la cadence de l’équipe.

Bien entendu, il arrive que les rôles endossés par chacun tournent, au gré de la forme du moment mais c’est la complémentarité de ces profils qui cimentent le team spirit.

Copyright: Des bosses et des bulles

Albane L.